Père Jean Lethielleux (1900 - 1998)

lethielleuxLe Père Lethielleux est né à Paris le 10 mai 1900, dans une famille nombreuse de sept enfants. La maison d’édition et la librairie Lethielleux sont connues.

Juste après ses études, à 18 ans, le décès de son père oblige Jean à prendre la tête de l’entreprise familiale. Cela explique qu’il a eu très tôt le sens des responsabilités. Il engage, toujours dans la même ligne, des études de commerce et de droit, mais l’appel pour devenir prêtre est là et le conduit à vouloir devenir Père Blanc.

 

Il commence son noviciat après un temps de formation au Séminaire St Sulpice en 1925. Il fait ensuite sa formation théologique à Carthage pendant trois ans. Il prononce son serment le 28 juin 1928 à Carthage. Un an plus tard, il est ordonné prêtre le 29 juin. Pendant sa formation, le père Lethielleux s’intéresse à la langue arabe et sa culture. Il demande donc la mission arabe, ce qui lui est accordé.

Il commence son parcours en Algérie à Aïn Sefra, où il y fera l’apprentissage de la vie en terre d’Islam. En 1932, il va faire un stage à Tunis pour se perfectionner en arabe. En 1934, il passe un temps à la maison mère de Rome, avant de retourner dans le Sahara. Il est ensuite nommé à Géryville (1934) puis Laghouat (1936).

Le père est ensuite mobilité en 1939. Il est alors envoyé en Syrie. A la fin de 1940, il repasse par la maison mère et retourne à Laghouat. La guerre reprenant, le père est de nouveau mobilisé en 1942. Il est enfin démobilisé en 1945 où il pourra retourner en mission.

Il est alors nommé à Djelfa jusqu’en 1949. Le Père est toujours ardent à rechercher des contacts. Après Djelfa, il revient à Alger en 1951. Il a alors de gros ennuis de santé.

Au cours de sa mission, il est directeur du centre de documentation saharienne de Djelfa. C’est d’ailleurs dans cette ville qu’il se sent le plus à l’aise. Il passe malgré cela dans de nombreux postes : Ouargla, El Bayadh, Touggourt, Biskra et El Biar.

En 1968, le père mène une mission itinérante aux confins sahariens. Son dernier poste en Algérie sera Beni Saf.